Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Interview post-course de Rick Hendrick (En anglais)

    Rick_Hendrick_2012.jpgJoseph Riddick "Rick" Hendrick III (born July 12, 1949) is the current owner of the American NASCAR team, Hendrick Motorsports and founder of the Hendrick Automotive Group and Hendrick Marrow Program. Owner of the 24 car, he qualified his 4 cars yesterday:

      THE MODERATOR:  We're joined now by the winning car owner, Mr. Rick Hendrick.  Mr. Hendrick, congratulations on a great victory today and even more so, all four of your teams advancing to the Contender Round of the Chase for the Sprint Cup.

     

                RICK HENDRICK:  Yeah, it was a great day.  Kasey made it a pretty long day.  We were watching the monitor there at the end of the race hoping that we didn't have a caution and Jeff could win it and Kasey could get in.  I didn't know exactly how close this thing was going to be until I watched the monitor, but it was a good day.  All our cars ran well.  Kasey had a really good car, but Jeff just did a fantastic job and was there all day, so good to get that win.

                Q.  Kasey at one point was running four laps down, and if a caution it come out at that point it probably would have ended his season.  What was your level of nervousness during the race watching him struggle, and did you feel at any point like maybe this was the end of the road for him?

                RICK HENDRICK:  Yeah, absolutely.  You know, his car was so good, he was up, I think, sixth or seventh, and we pitted and then he felt something, and it was a loose wheel.  The left rear was loose.  When he had to pit under green, I just thought we were done because -- just no way to make up -- didn't think we could make up two laps, and then we did a wave-around and it worked out.  And then I thought we were okay, and then we were like even or one point behind.  I really had written it off about two thirds of the race.  I thought we were just not going to get a break to get back in it.

                Q.  Kind of along those lines, were you watching more what was going on with Kasey than Jeff, and who do you feel like is kind of the bigger winner out of today?

                RICK HENDRICK:  Well, Kasey escaped a bullet, and it was like -- but Jeff got a win and I think made a statement, and he's been good everywhere.  So I think having Jeff win the race and carrying that momentum into the Chase as a real contender with four wins this year, I thought that was pretty special.  When you have four cars and you want them to make that round -- if Kasey had been a car that was just 20th or 21st and got lapped, it wouldn't have been as tough as it was for him to have one of the faster cars in the first segment and then get eliminated with a wheel, loose wheel. It was a roller coaster of emotions, but winning a race is special.  At least we now get to go to zero and take all four to Kansas.

                Q.  Rick, you mentioned, you kidded Jeff that he's discovered the Fountain of Youth.  What are the keys to his resurgence this season in your mind?

                RICK HENDRICK:  Well, I think Alan Gustafson is one of the smartest crew chiefs I think in the garage, but this new rule package, it's a little bit tighter race car.  I think it's helped the 5.  It's helped Dale and Jeff, and I think Jimmie and Kasey, it's gone a little bit the other way for them. As soon as we showed up with this package, Jeff has been solid.  Jimmie is getting closer and closer, but he'll admit he likes a loose race car, and this rules package is a tighter race car.  That's the difference. I think when Jeff Gordon can see 10 laps to go, I'll put money on him anywhere, and he's a smarter race car driver I think than he was when he was in his late 20s, and he uses his head and he's got all the talent in the world, and Alan has given him some super race cars.  Alan leaves nothing undone in every area of that team, and I think Jeff has really just stepped it up.  It's a combination of a lot of things, but I've never seen -- I can remember back when he was winning 10 or 12 races a year, he didn't get out of the car and jump on the roof and have as much fun in victory lane as he is right now.  He's really enjoying himself.

                Q.  Everybody has talked about the next three races with Kansas kind of having a lot of wrecks in recent years, then obviously Talladega.  How are you going to handle watching them?

                RICK HENDRICK:  You know, I might not watch Talladega.  I might go to the next two and let them tell me when it's over.  That one will be -- I think everybody that's in the next round is going to try to get as many points as they can before we go to Talladega because that's going to be a tough race. I think Charlotte and Kansas will be okay.  You'll probably have some problems but nothing like what we were facing going to Talladega.  Actually I think I'm getting inducted into the North Carolina Drag Racing Hall of Fame that Sunday anyway, so I'll let them tell me when it's over.

                Q.  A little bit off topic, but we recently celebrated 25 years since Tim Richmond passed away.  If you can pick out like one favorite memory of him, what would that be?

                RICK HENDRICK:  I think the one I'll never forget is Tim at Pocono.  He and Dale Earnhardt Sr. used to play with each other a lot, and he keyed the radio, and he said, hey, Rick, are you listening, and I said, yeah, and he said, watch this.  He goes into Turn 3 and he's leading the race, and he slides up the track, and Dale comes by him, and then he catches Dale about the flag stand and just lifts him up, his rear end off the ground, and I thought, man, you're messing with a snake. So many Tim Richmond stories, but that guy just had so much talent.  I've seen him make up laps at Pocono and would love to have seen him be around to see how many races and championships he could have won.

                Q.  Now that you've gone through the first round these three races, kind of seen how things have played out with this new format, how different is it from what it's been?  How do you guys have to handle things, because obviously with the reset now it doesn't matter what you did.  What's so different, and how are you having to adjust in how you plan and organize things with your group?

                RICK HENDRICK:  Well, you know, I think the plan has just got to be to go out and try to win.  Win and you're in, but if you can't win, you've got to accumulate as many points as you can, and you can't take a chance.  I mean, you can't do anything outrageous to try to win because you could put yourself in a box with the points. So I think we're just going to have to -- I know, especially with Talladega being a wild card, we're going to try to get as many points -- try to win the race; that's goal one, because win and you're in.  But then try to not take any chances if we're not winning to accumulate as many points as we can.  This is really a -- this whole scenario, you saw it today, with a car that was in good shape, running in the top six or eight, have a loose wheel.  If you have a speeding penalty, or like Kevin with a tire, if that had happened toward the end of the race, it can knock a great car out.  I predict there will be one of the top guys, one of ours, one of Penske's, one of somebody's, that will have a problem like that and it'll cost them a chance to move on.

                Q.  You just kind of touched on this.  I know it's just one race, but the fact that Jeff won today and won beating one of the Penske cars kind of on a heads-up battle towards the end of the race, does that bode well for the rest of the Chase do you think?

                RICK HENDRICK:  Yeah, I think so.  You know, we run really well at Charlotte and we run well at Kansas.  I think those two tracks we've won a lot of races, and our guys all run well there. I think today was good for us to see Jeff go out there and run them down.  You know, it seems like all year, the Penske cars are better on the short run, our cars are better on the long run, and you're going to have to make adjustments if there's a restart and it's a short run. You know, it's going to be a battle.  I think Kevin Harvick is -- he's seven poles, led a ton of laps.  If he doesn't have any problem, he's been good everywhere.  You know, it's going to be a real dogfight.

                THE MODERATOR:  Mr. Hendrick, congratulations.  Thank you. 

    Fast Scripts by ASAP

     

     

  • Gordon, Keselowski et Johnson intraitables à Dover

    10354948_531679713643413_1698045862469148203_n.jpgJeff Gordon a pris le drapeau à damiers, devant les véloces Brad Keselowski et le monstre de Dover, Jimmie Johnson, lors du AAA 400 de Dover International Speedway, mais plusieurs pilotes ont vu leurs espoirs divers tomber en miettes au fur et à mesure de la course.  (Photo Joey Brad Bianconi)

    AJ Allmendinger, le champion 2004 Kurt Busch, Greg Biffle et Aric Almirola ont raté leur ticket d'entrée pour le prochain round éliminatoire du nouveau chase, passant ainsi de 16 à 12pilotes.  

    Au début, la voiture la plus performante et la mieux réglée fût celle du Coors Light Polesitter, Kevin Harvick, qui a encore été frappé de malchance avec un problème majeur d'amortisseur avant gauche et de riffle au tour 254 de 400, Gordon prit ainsi le contrôle au tour 305, déposant Brad Keselowski pour le leadership. Après de nombreux ravitaillements sous drapeau vert, Gordon mena 71 tours repoussant Keselowski à une avance confortable de 4.352 seconds. Jimmie Johnson finira troisième, suivi de Joey Logano et Matt Kenseth, ces 5 pilotes avançant cash dans le Contender Round, un second segment de trois courses du chase, à l'issue également éliminatoire. Les épreuves seront Kansas Speedway, Charlotte Motor Speedway et Talladega Superspeedway, qui nous fait saliver d'ores et déja. Harvick (13th ), Kyle Busch (10th), Dale Earnhardt Jr. (17th), Ryan Newman (8th), Carl Edwards (11th) & Denny Hamlin (12th) avancent également au Contender Round.

     Les douze pilotes qualifiés vont débuter le chase portion Contender avec 3,000 points. Chaque chaser qui gagnera au Kansas, Charlotte ou Talladega sera qualifié automatiquement pour le tour suivant, le "Eliminator Round." Les Chasers passeront alors de 12 à 8 pilotes au soir de Talladega.

     

     

    NASCAR Sprint Cup Series Race - AAA 400

    Dover International Speedway

    Dover, Delaware

    Sunday, September 28, 2014

     

    1. (6) Jeff Gordon, Chevrolet, 400, $240901.

    2. (4) Brad Keselowski, Ford, 400, $208008.

    3. (8) Jimmie Johnson, Chevrolet, 400, $188861.

    4. (16) Joey Logano, Ford, 400, $156191.

    5. (14) Matt Kenseth, Toyota, 400, $167836.

    6. (7) Kyle Larson #, Chevrolet, 400, $134135.

    7. (26) Martin Truex Jr., Chevrolet, 400, $125573.

    8. (20) Ryan Newman, Chevrolet, 400, $108515.

    9. (9) Clint Bowyer, Toyota, 400, $126756.

    10. (2) Kyle Busch, Toyota, 400, $141606.

    11. (18) Carl Edwards, Ford, 400, $105240.

    12. (3) Denny Hamlin, Toyota, 400, $96540.

    13. (1) Kevin Harvick, Chevrolet, 399, $135623.

    14. (15) Tony Stewart, Chevrolet, 399, $119798.

    15. (11) Brian Vickers, Toyota, 399, $117815.

    16. (19) Paul Menard, Chevrolet, 399, $111229.

    17. (25) Dale Earnhardt Jr., Chevrolet, 399, $91615.

    18. (22) Kurt Busch, Chevrolet, 399, $83790.

    19. (24) Ricky Stenhouse Jr., Ford, 399, $118840.

    20. (12) Kasey Kahne, Chevrolet, 399, $99865.

    21. (27) Greg Biffle, Ford, 399, $123665.

    22. (5) Jamie McMurray, Chevrolet, 398, $116104.

    23. (28) AJ Allmendinger, Chevrolet, 398, $100398.

    24. (10) Austin Dillon #, Chevrolet, 398, $127326.

    25. (13) Danica Patrick, Chevrolet, 398, $90415.

    26. (17) Marcos Ambrose, Ford, 398, $107910.

    27. (30) Casey Mears, Chevrolet, 397, $105473.

    28. (21) Aric Almirola, Ford, 397, $118001.

    29. (23) Justin Allgaier #, Chevrolet, 395, $102973.

    30. (29) Cole Whitt #, Toyota, 395, $82165.

    31. (37) David Ragan, Ford, 395, $99648.

    32. (33) Reed Sorenson, Chevrolet, 394, $86837.

    33. (31) David Gilliland, Ford, 393, $85140.

    34. (34) Alex Bowman #, Toyota, 391, $76965.

    35. (36) Landon Cassill(i), Chevrolet, 391, $76740.

    36. (40) Mike Bliss(i), Chevrolet, 391, $76570.

    37. (38) David Stremme, Chevrolet, 389, $76426.

    38. (42) Travis Kvapil, Toyota, 389, $71330.

    39. (39) JJ Yeley(i), Ford, 387, $67330.

    40. (41) Mike Wallace(i), Toyota, 384, $71330.

    41. (35) Michael Annett #, Chevrolet, Accident, 361, $59330.

    42. (32) Josh Wise, Chevrolet, Suspenion, 197, $55330.

    43. (43) Timmy Hill, Chevrolet, Vibration, 11, $51830.

     

    Vitesse moyenne du vainqueur: 130.541 mph.

    Temps de course: 3 Hrs, 03 Mins, 51 Secs. Margin of Victory: 4.352 Seconds.

    Jaunes: 5 for 23 laps.

    Changements de leaders: 10 répartis sur 7 pilotes.

    Leaders: K. Harvick 1-147; B. Keselowski 148-172; K. Harvick 173-248; M. Kenseth 249; C. Bowyer 250; J. McMurray 251; B. Keselowski 252-304; J. Gordon 305-327; M. Kenseth 328; C. Edwards 329; J. Gordon 330-400.

    Leaders, résumé (Driver, Nombres de "Times Lead", Tours menés): K. Harvick 2 times for 223 laps; J. Gordon 2 times for 94 laps; B. Keselowski 2 times for 78 laps; M. Kenseth 2 times for 2 laps; J. McMurray 1 time for 1 lap; C. Bowyer 1 time for 1 lap; C. Edwards 1 time for 1 lap.

    Top 16 en Points: B. Keselowski - 2,140; J. Logano - 2,136; K. Harvick - 2,123; J. Johnson - 2,121; J. Gordon - 2,117; Kyle Busch - 2,111; D. Earnhardt Jr. - 2,104; M. Kenseth - 2,097; R. Newman - 2,091; C. Edwards - 2,091; D. Hamlin - 2,081; K. Kahne - 2,079; A. Allmendinger - 2,077; Kurt Busch - 2,073; G. Biffle - 2,072; A. Almirola - 2,061.

     

  • Allmendinger and Almirola Proving They Belong

    Official release of NASCAR:

     

    allmendinger_kansas2_cana_091014.jpgFew gave AJ Allmendinger and Aric Almirola much of chance to advance to the Contender Round. Photo: Jamie Squire/Getty Images for Kansas Speedway

    Yet, both are on the verge doing exactly that.

    Both drivers remain alive in the Chase, more than holding their own, with Allmendinger in great shape to advance the Contender Round, sitting 10th on the Chase Grid. The JTG Daugherty Racing driver controls his own playoff destiny in Sunday’s AAA 400 at Dover International Speedway (2 p.m. ET on ESPN), where he can advance with at least a second-place finish, regardless how his fellow competitors perform. There are plenty of other scenarios in which Allmendinger can clinch a spot in the next round, but a runner-up guarantees advancement.

    Almirola has some work to do, trailing Ryan Newman by 10 points for the final Contender Round spot. However, he would be close to a lock to advance after this weekend if his engine didn’t blow at Chicagoland where he was running sixth with 36 laps left before being forced to head to the garage. The No. 43 Nathan’s Famous Ford pilot finished sixth last week and has shown some speed lately with three top 10s in his last four races.

    Almirola can lock himself into the Contender Round with a win on Sunday, but he would need help from the field with any other finish.

     

  • "Johnson A Monster At Dover" - JJ est le monstre de Dover

    1404AM4452.jpgAucun pilote actif n'est parvenu près de l'expérience de la réussite que Jimmie Johnson a pu infliger au Dover International Speedway. L'homme de la Chevrolet n ° 48, est le recordman absolu des victoires sur le Monster Mile, et une 10ème victoire peut-être envisagée lors du AAA de dimanche. Johnson à 9 victoires ici, soit 5 de de plus que son coéquipier, propriétaire et second du chase actuel, je nomme chez Hendrick Motorsports, Jeff Gordon. En 25 départs sur la piste, Johnson détient également 13 top cinq, 18 top-10 et une finition moyenne de 8,4. 

    1404AM4495.jpgVainqueur des deux dernières courses à Dover, Johnson va tenter de rejoindre David Pearson, Rusty Wallace et Gordon en tant que quatrième pilote à engranger trois victoires consécutives à l'ovale d'un mile en béton. Il tentera également de refaire un sweep, pour la première fois depuis 2009 quand il a réalisé l'exploit sur ​​le chemin de son quatrième de ses six titres de NASCAR Sprint Cup. 

    Avec l'attention portée sur l'équipe Penske récemment, Johnson a navigué sous le radar. Le Chase, suivi d'un titre dont Johnson est le tenant, attend donc Dover et le champion de NASCAR Sprint Cup qui se repose tranquillement à la quatrième place sur la grille, suite à une 12e place à Chicago et une cinquième place intéressante à Loudon. 

    1404AM4683.jpgJohnson a enregistré cinq top-10 dans ses six derniers départs. 

    "Ma victoire préférée dans le Chase serait Douvres", a déclaré Johnson. "C'est juste la piste la plus proche de mes racines. Vous êtes un peu comme en l'air dans le virage 1, idem dans le virage 3, c'est une piste très intense. Cela tire beaucoup sur la commande des gaz, il faut y travailler finement dans les courbes et produire un tour rapide. Mais c'est la piste de Dover, ma piste (rires) "

     

    Toutes photos copyrights: Team Lowe's Racing in http://lowesracing.com/

    1413TP2001W.jpg

  • ... Pendant ce temps-là, au circuit des Amériques...

    audi_motorsport-140921-6818.jpgUne fois n'est pas coutume, pour évacuer la tension d'un chase magnifique, un petit article sur une course qui a eu lieu au circuit des Amériques:

    Communiqué officiel du Pôle Press Office de Benoit Tréluyer

    Photo Copyright Audi Sport

     

    Tempête, suspense, et coups de poker au Texas. Digne des meilleurs westerns, le scénario de la manche de reprise du Championnat du Monde d’Endurance FIA offre la vedette à Benoît Tréluyer et ses complices chez Audi Sport, Marcel Fässler et André Lotterer. À Austin, les vainqueurs de la dernière édition des 24 Heures du Mans ont une nouvelle fois dégainé les premiers !

    Après trois mois de pause, c’est au Texas que le grand « road movie » de l’Endurance plante ses studios du 18 au 20 septembre. Pour le trio sacré dans la Sarthe, le retour aux affaires ne débute cependant de la meilleure manière, la faute à une séance qualificative quelque peu contrariée.

    « Nous avons connu un petit problème avec le signal de la balise de bord de piste [« lap trigger signal » en anglais], a soufflé Benoît. Marcel [Fässler] et André [Lotterer] ont dû composer avec un proto loin d’être optimisé. Bien sûr, ils pouvaient rouler, mais c’était assez perturbant, notamment en matière de gestion de la consommation, un domaine qui requiert une extrême précision. »

    Le lendemain, André prend le départ et réalise un solide relais initial. La Toyota n°8 s’échappe tout de même tandis que l’Audi n°2 tente de déborder les Porsche. 

    « Nous conservions toutefois l’atout de pouvoir doubler notre premier relais avec le même train de pneus, a commenté le Français. André a livré un très beau second relais, tandis que Buemi effectuait un tête-à-queue. Ceci nous a permis de revenir à portée de tir. »

    C’est à ce moment que la pluie apparaît brusquement. Au volant de la n°8, Nicolas Lapierre se fait piéger comme beaucoup d’autres pilotes. André Lotterer, de son côté, parvient à ramener la voiture aux stands.

    « Je suis reparti en pneus pluie, a expliqué Tréluyer. Nous avions pu anticiper grâce à un « guetteur météo » capable de nous fournir les bonnes informations. Il a bien aidé André, qui aurait pu également se faire surprendre. Cet épisode illustre combien tous les petits détails sur lesquels nous travaillons avec l’équipe se révèlent payant. »

    En piste, Benoît constate immédiatement que la visibilité est absolument nulle. Il négocie le premier virage derrière une Porsche GT, mais n’ose même pas la doubler tellement il y a d’eau.

    « Je suivais ses feux rouges car on n’y voyait rien du tout. Et là, j’ai regardé mon écran de contrôle : drapeau rouge ! Le soulagement total. Je n’allais pas devoir attaquer dans ces conditions. J’ai ramené la voiture sur la ligne de départ et, après une longue interruption, nous sommes repartis derrière la Voiture de Sécurité. À cet instant, le souvenir de Silverstone a refait surface. J’ai alors tenté d’évacuer cet épisode malheureux de mon esprit, et commencé à bien ressentir l’auto qui, équipée de pneus pluie, jouissait d’une bonne adhérence. J’ai constaté que mon rythme était bon même si la Toyota n°8 s’est dédoublée pour effacer son tour de retard

    Personnellement, je me sentais vraiment bien. J’ai noté que j’avais creusé un bel écart sur mes poursuivants en l’espace de quatre tours, et me suis dit que cela ne servait à rien de hausser le rythme. Nous communiquions beaucoup avec Leena [Gade, l’ingénieur de l’Audi n°2]. Elle me demandait comment se comportaient les pneus. Je lui donnais de nombreuses infos en retour, etc. Au milieu d’un relais, nous avons finalement décidé de passer aux intermédiaires… »
     
    Un premier coup de poker qui permet au Français d’augmenter encore un peu plus l’écart en tête de la course. 
     
    « J’ai fait très attention lors de mon tour de sortie des stands car je n’avais pas encore roulé avec ce type de gomme. Puis, au fil des passages, la situation est devenue délicate à gérer. Je cherchais des solutions car je pensais alors qu’il fallait absolument rester en intermédiaires pendant deux relais pour que la stratégie fonctionne. J’ai fini par trouver le moyen de préserver les pneus tout en conservant de la vitesse. » 
     
    À partir de ce moment-là, le natif d’Alençon se met à faire chuter les chronos, et construit une belle avance sur ses poursuivants. Puis, une nouvelle fois, la radio crépite avec la voix de Leena. 
     
    « Elle m’a demandé comment se comportaient les pneus, si je pensais que nous pouvions passer aux « slicks ». Je lui ai répondu que la trajectoire était sèche et qu’on pouvait tenter le pari. »
     
    Benoît rentre alors aux stands pour chausser des gommes « sec » et passe le volant à Marcel. L’équipage de l’Audi n°2 vient de signer là son second coup de maître. 
     
    « Dès son entrée en piste, Marcel a réalisé un boulot formidable et continué d’accroître l’écart. Une fois de plus, c’est notre super esprit d’équipe qui a véritablement fait la différence. Il est important de souligner également le bon travail ainsi que la communication harmonieuse avec les ingénieurs, les mécaniciens, et le personnel Michelin, qu’il ne faut surtout pas oublier. Ils nous ont fourni les infos cruciales au moment opportun, ce qui nous a bien aidés. » 
     
    Pour Benoît, la satisfaction prend une saveur particulière. Quelque peu resté sur sa faim après sa victoire dans la Sarthe, il rêvait d’une charge héroïque dans le Grand Ouest. Il la tient ! 
     
    « Autant au Mans je n’avais pas couvert de relais vraiment décisifs, autant là j’ai le sentiment d’avoir accompli du bon travail, pris les décisions qu’il fallait, et bien roulé. Je dois admettre que cela gonfle le moral. Après trois mois de trêve, tu ne sais jamais trop où tu te situes… Je suis hyper content ! »
     
    Ce nouveau succès replace définitivement l’équipage de l’Audi n°2 dans la course au titre alors que les épreuves vont désormais s’enchaîner à la vitesse d’un pur-sang au galop - quatre en deux mois pour boucler le championnat 2014. 
     
    « Il s’agit d’une victoire importante qui booste le moral de tout le monde au sein de l’écurie. Aujourd’hui, il faut rouler vite sans faire d’erreur ; c’est la clé du succès. Nous avons gagné Le Mans en évitant tout accrochage. Ici, nous nous imposons après n’avoir commis aucune faute. Il est impératif d’opter pour les meilleurs compromis, de trouver le bon équilibre. Attaquer mais pas trop, gérer mais pas trop, tout est question de dosage ! Nous abordons le reste de la saison avec confiance, mais savons que certains des circuits à venir ne nous conviendront pas forcément… » 
     
    Avec seulement onze points de retard, les trois « bandits » d’Audi sont définitivement remis en selle et n’ont désormais qu’un objectif en tête : faire sauter la banque renfermant la couronne de Champion du Monde ! 
     
    Du Grand Ouest à l’Extrême-Orient, la cinquième manche du WEC verra Benoît se rendre au Japon pour les 6 Heures de Fuji (10-12 octobre). Un événement qui sera à nouveau diffusé sur le site officiel du Championnat du Monde d’Endurance FIA 
     
    FIN
  • Le nouveau package de règles cuvée 2015 a été fourni aux teams

    Chevy502CID.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    A la suite de plus d'un an de concertations avec les acteurs majeurs de l'industrie, avec les yeux tournés vers l'avenir, la NASCAR a finalisé, et délivré aux teams le package de règles 2015, et ce, pour les trois séries nationales (Sprint Cup; Nationwide, CWTS).

    "Ce nouveau règlement, ce package de règles représente beaucoup de travail pour la NASCAR, les écuries, les pilotes, nos partenaires manufacturiers, et Goodyear," explique Gene Stefanyshyn,  en NASCAR le vice-président senior des innovations et développements de systèmes liés à la compétition. "Le travail fourni, on le rappelle, est attentivement regardé lors de nos courses, et le boulot effectué a atteint son but. Un nouveau package de règles sportives et techniques ont pu être ainsi délivrées rapidement à l'ensemble des teams." 

    Les gros points majeurs en NASCAR Sprint Cup Series qui vont changer pour 2015 sont près de 60 améliorations, incluant des ajustements au système propulseur (Trains roulants), l'aérodynamique, et le châssis, ces trois dernières choses conçues de manière à fonctionner en symbiose entre elles , délivrant ainsi plus de flexibilité aux teams et pilotes. Plus d'ajustements possibles aussi. Les fans attendent cela, plus de "closer racing", plus d'opportunités de dépassements en piste. Nous avons eu une des plus belles saisons de course cette année, 2014," renchérit Stefanyshyn. "Nous rappelons que nous regardons à constamment faire évoluer notre industrie. Ceci ne s'arrêtera pas avec le package de règles 2015. Ces développements continueront dans les années à venir."

    La NASCAR va instituer un aileron AR plus court (de 20 à 15cm), une puissance en berne de 152 canassons, mais de 27 à 32 kilos en moins par voiture. Différents ratios et pièces sur les différentiels à glissement limité feront aussi leur apparition, et une track-bar ajustable par le pilote. 

    La NASCAR a aussi annoncé des qualifs en groupe pour le Daytona 500. Plus d'essais privés, qui ne seront donc, plus autorisés. Mais plus de testing avec Goodyear, ce qui pourrait compenser les difficultés en termes de développement. Notons d'ailleurs, et ce qui va être un peu dommage pour le spectacle, que les sessions dites "Practices" ne nous permettront plus de voir avec facilité qui a une bonne voiture ou pas, à l'instar de la F1. Des pneus pluie Good Year apparaitront sur les routiers, quoique l'on ne puisse pas dire qu'à Sonoma il pleuve beaucoup (On est plus proche d'un climat méditérranéen sec).

    "On est contents de ce "rules package" et de ce qu'il va apporter à notre sport" dira Steve O’Donnellvice president exécutif en charge de la NASCAR et officier en chef des développements liés aux opérations de course.

    Ces travaux, effectués -c'est une première- avec l'aide des industriels, équipes, pilotes, manufacturiers, Good Year, Chevy, Ford, Toyota, qui nous ont permis d'apporter de substantielles et efficaces nouveautés dans ce règlement 2015. (...) sont de très bonne augure pour les épreuves de 2015"

    Photo copyright, Creative Commons 3.0 par MJC Détroit.

  • "La 8ème place de Busch à Loudon équivaut à une victoire"

    NSCSBusch092114 (1).jpgC'est ce qu'à déclaré en substance son chef d'équipe. Kyle Busch a terminé huitième au Sylvania 300 des NASCAR Sprint Cup Series, lors de la course de dimanche au New Hampshire Motor Speedway. Et il l'a fait avec une voiture qui aurait eu l'air plus à l'aise sur le dos d'une dépanneuse... Mais Kyle a souhaité son chemin de retour dans le garage... par ses propres moyens. 

    Pendant les deux tiers de l'événement de 300 miles, cette deuxième étape du Chase pour la Coupe Sprint, Busch, 29 ans, a gardé sa Toyota de la Joe Gibbs Racing Toyota dans le top 10. Mais quand Matt Kenseth et Jamie McMurray ont "pris contact ensemble" pour se battre pour une position au tour 188, Busch a frappé les freins des 4 fers. Et Kasey Kahne a frappé Busch, envoyant la voiture n ° 18 dans le carénage de McMurray, hors de la piste, et dans l'herbe sur la ligne droite arrière. "Elle est absolument détruite», Busch communiqua par radio à son équipe. Plutôt que de perdre la tête, en attendant au garage, où il était garanti que Busch perdrait plusieurs tours, le chef d'équipe Dave Rogers a appelé son pilote aux stands pour évaluer les dégâts. Arrêts multiples combinés avec de multiples drapeaux jaunes... Tout ceci en fin de course ont permis à Kyle Busch de rester non seulement dans ​​le tour du leader, mais lui a donné l'opportunité de courirpour finir finalement 8ème. Une grosse poussée d'adrénaline, sur le dernier restart, cependant, a permis à Busch de passer de la 12ième à la huitième place sur le GWC. Photo R.Laberge, Getty Images for NASCAR.